Le nerf vague : conversation entre cerveau et intestin
Le nerf vague : conversation entre cerveau et intestin

Le nerf vague : conversation entre cerveau et intestin

Le nerf vague (X) appartient à la division parasympathique du système nerveux autonome (SNA). Il fait partie des 12 paires de nerfs crâniens, et est le plus long d’entre eux. Le nerf vague est également appelé le nerf pneumo-cardio-antéro-gastrique, indiquant les différentes sphères sur lesquelles il intervient. En effet, il a un rôle inhibiteur (apaisant) sur les organes qu’il innerve, par exemple :

 

    • Il ralentit le rythme cardiaque
    • Il stimule la digestion et régule la sécrétion des sucs digestifs ( ce qui explique les difficultés à digérer en cas d’anxiété. N’oubliez pas que le stress est à l’origine un mécanisme d’adaptation nous permettant de…fuir ou combattre, du coup pas de digestion dans ce contexte ! )
    • Il dilate les vaisseaux sanguins (le système nerveux orthosympathique au contraire contracte les vaisseaux sanguins périphériques en cas de stress. A l’origine l’objectif était de parer à une potentielle hémorragie suite à une attaque de mammouth ! ).
Nerf vague

source : Sciences et Avenir

 

Le système parasympathique, via le nerf vague, a donc pour rôle d’économiser l’énergie et de maintenir l’activité de base. Le neurotransmetteur (messager chimique) inhibiteur qui intervient principalement dans ce système est l’acétylcholine. L’organisme métabolise l’acétylcholine grâce à la choline (nutriment précurseur présent dans certains abats, les oeufs, le soja etc..), et ses co facteurs (les vit.E, C et B5, la lysine, le coenzyme Q10).

Un des éléments majeurs favorisant la stimulation du nerf vague est la respiration. La sophrologie sera donc ici un excellent moyen de prendre conscience et de maîtriser votre respiration.

Je vous propose à ce titre un ensemble d’exercices suivant un protocole personnalisé, combinant la respiration contrôlée, la contraction musculaire et la visualisation. Rééduquer votre souffle vous permettra une meilleure appréhension et mise à distance des situations anxiogènes de votre quotidien. D’autres éléments sont d’excellents stimulants du nerf vague :

  • L’hygiène nasale (avant les exercices de respiration) : avec un spray, un hydrolat (thym par exemple) ou un Lota
  • L’hygiène buccale : gargarisme avec un mélange d’hydrolat et d’huiles essentielles (menthe poivrée, thym ou cannelle par exemple) *
  • Déclencher le réflexe vomitif (avec la brosse à dent par exemple)
  • Le chant

 

 

* Demandez conseil à votre pharmacien

Lota en porcelaine, source : Herboristerie de Valmont

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.