L’assiette de la jeune maman  : l’alimentation en soutien du post-partum
L’assiette de la jeune maman : l’alimentation en soutien du post-partum

L’assiette de la jeune maman : l’alimentation en soutien du post-partum

Favoriser la récupération physiologique et émotionnelle à la source : dans l’assiette !

Pendant la grossesse, on prend généralement soin de son alimentation, les recommandations sont nombreuses, et à juste titre…mais qu’en est il après ? Pourtant les raisons de bien se nourrir après l’accouchement sont nombreuses :

1/ la principale : il faut se remettre de l’accouchement et récupérer aussi bien physiquement qu’émotionnellement. Que vient faire l’émotion dans l’affaire ? C’est bien simple, lorsque vous avez eu une journée riche en émotions, ne ressentez- vous pas le besoin d’un repas réconfortant ? C’est pareil pour la jeune maman, sur une plus longue période !   

2/ la jeune maman peut souffrir de carences suite à la grossesse et à l’accouchement (fer, magnésium…). Or certaines carences peuvent accentuer le niveau de fatigue, favoriser l’anxiété ou même la dépression du post-partum*

3/pour les jeunes mamans allaitantes, les besoins nutritionnels sont d’autant plus accrus afin de permettre la récupération de la maman et la croissance de bébé  (la maman allaitante fera l’objet d’un prochain post spécifique).

Je vous explique quels sont les points à ne pas négliger dans l’alimentation du post-partum.

Qu’est-ce-qu’on mange

On privilégie les plats chauds et revitalisants : pensez bouillons, currys, ragoûts et soupes. Vous ferez ainsi le plein de collagène et épargnerez à votre organisme une digestion fastidieuse bouffeuse d’énergie. Ces plats doivent être préparés à la vapeur ou à l’etouffée, une température trop élevée étant délétère pour la majorité des vitamines et des minéraux.

 Et pour le moment…on oublie le régime !!!

Les macronutriments

 Les lipides (plus précisément ce qu’on appelle communément le bon cholestérol) sont précurseurs des hormones et participent au bon fonctionnement du système cérébral et du système cardiovasculaire. Source : petits poissons gras, huiles riches en oméga 3 ( lin, caméline, chanvre, perilla, noix, colza. Attention cependant à la conservation de certaines de ces huiles qui peuvent être fragiles)

 Les protéines (animales ou végétales ) pour la reconstruction des tissus et pour l’apport en acides aminés essentiels, précurseurs de certains neurotransmetteurs et de certaines hormones. Sources : toutes
les viandes, céréales, légumineuses, quino, sarrasin etc…

 Les glucides pour l’énergie !  Source : les légumes que l’on consommera cuits à la vapeur ou à l’etouffée, associés aux céréales complètes ou semi-complètes ( fibres pour le transit) cuites al dente pour  un index glycémique bas (riz, quinoa, épeautre, seigle etc…)

Les minéraux (liste non exhaustive et sous réserve de carences diagnostiquées par votre médecin)

 Le magnésium, qui intervient dans plus de 300 réactions enzymatiques et permet une meilleure assimilation du calcium, du fer, du zinc et du cuivre. On l’associe à la vitamine B6 pour leur  complémentarité dans l’équilibre nerveux. Source : cacao, germe de blé, soja, fruits oléagineux.

 Le fer, qui permet le transport de l’oxygène dans l’organisme. On le trouve sous sa forme héminique, plus assimilable (source animale) et non héminique (source végétale). On l’associe à la vitamine C pour une meilleure assimilation. Source du fer héminique :  foie, viandes rouges, volaille, poisson
Source du fer non héminique : légumes verts, légumineuses, cacao

Le calcium dont le niveau chute lors du dernier trimestre de grossesse. On l’associe à la vitamine D pour une meilleure absorption rénale, intestinale et osseuse.  Source : laitages, fruits secs, céréales, légumineuses

Les vitamines (liste non exhaustive et sous réserve de carences diagnostiquées par votre médecin)

La vitamine B1 à un rôle essentiel dans l’équilibre du système nerveux
Source : germe de blé, viandes, poissons, légumineuses etc…

La vitamine B12 permet également le bon fonctionnement du système nerveux et la synthèse de l’ADN

Les vitamines C et D pour les raisons énoncées dans le chapitre sur les minéraux, mais également pour renforcer le système immunitaire

Les petits conseils en plus

  • Buvez !  Privilégiez l’eau filtrée ou faiblement minéralisée et les infusions (notamment si votre naturo vous a conseillé de la phytothérapie ). Évitez les boissons glacées.
  • Faites-vous plaisir et épicez vos plats ! En plus de réchauffer vos recettes, n’oublions pas que les épices sont à l’origine des plantes avec des vertus très intéressantes : anti-inflammatoires, tonifiantes, digestives…etc
  • Certains traiteurs se sont spécialisés dans la réalisation de plats spécifiquement adaptés au post partum, n’hésitez pas à ajouter ce type de cadeau à votre liste de naissance, par exemple. Vous trouverez quelques adresses ci-dessous.
  • …et surtout, faites vous aider !!! N’hésitez pas à mettre votre entourage à contribution !!! En lieu et place d’un énième ours en peluche, demandez la préparation de quelques plats, ou simplement de quelques courses !
    Beaucoup seront ravis de vous aider de cette façon.

Je vous invite également à lire mon précédent article sur la sophrologie du post-partum ici et à prendre rdv pour un moment de détente rien qu’à vous.

Podcast :  La Matrescence

Lectures : Le mois d’or

Les traiteurs : Chefcecile , CurcumamasOponopono  , Mamameal  , Mama Lova

* La dépression du post-partum doit être diagnostiquée et suivie par un professionnel de santé en parallèle de l’accompagnement naturopathique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.